En 1659, à l’âge de 36 ans, François de Laval débarque en Nouvelle-France. Premier évêque du diocèse de Québec, qui s’étend alors de l’Acadie à la Louisiane, il travaille à bâtir l’Église naissante.

Pasteur dévoué, il parcourt souvent de longues distances à pied, en canot et en raquettes pour visiter et réconforter ses ouailles. Sa grande dévotion envers la sainte Famille et les saints Anges Gardiens et sa foi indéfectible en la Providence font de lui un chef spirituel inspirant.

Éducateur convaincu, il crée la communauté des prêtres du Séminaire de Québec, fonde le Petit Séminaire pour les jeunes garçons, le Grand Séminaire pour les candidats au sacerdoce et l’école de la Grande Ferme pour les travailleurs artisans.

Administrateur et seigneur ingénieux, il développe la Côte-de-Beaupré, s’assurant ainsi une stabilité financière pour la poursuite de ses projets audacieux.

Homme de foi et de principes, il combat pendant vingt ans le trafic de l’eau-de-vie qui se fait entre les Français et les Amérindiens.

Malade et très souffrant, il meurt à l’âge de 85 ans. Son corps repose maintenant dans la chapelle funéraire de la Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec depuis 1993.

Béatifié par le pape Jean-Paul II en 1980 et canonisé par le Pape François en 2014, il laisse un héritage matériel et spirituel inestimable à l’Église de Québec.

www.francoisdelaval.com